Glossaire

Le glossaire comporte une série de définitions des termes les plus courants, utilisés dans le cadre de ce guide. Envoyez-nous un message si vous avez des suggestions.
Nomtrier par ordre croissant Description
Partenariats

 

Le partenariat se définit comme une association active de différents intervenants qui, tout en maintenant leur autonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts en vue de réaliser un objectif commun relié à un problème ou à un besoin clairement identifié dans lequel, en vertu de leur mission respective, ils ont un intérêt, une responsabilité, une motivation, voire une obligation.

Niche de marché

On appelle "niches de marché" les secteurs économiques restreints qui permettent à des petites entreprises souples et rapides de prospérer là où les grands groupes, à cause de leur taille, se trouvent incapables de réaliser des profits (Portail PME - www.kmu.admin.ch).

Le marché de niche constitue un terrain de lancement idéal pour un entrepreneur. Mais encore faut-il l’identifier. Pour cela, il est indispensable d’observer les comportements des consommateurs en anticipant leurs besoins.

Une niche se définit par l'existence de 3 critères : une définition extrêmement précise, un comportement homogène, et une évaluation quantitative. La difficulté sera de trouver les critères de segmentation adéquats, qui peuvent être très différents selon les marchés.

 

Modèle d'affaires

 

Un modèle d’affaires est la représentation des moyens par lesquels l'organisation ou l’entreprise va mettre à disposition de ses clientèles des prestations, produits et services, générer du revenu, payer ses coûts, et parvenir à ses objectifs. Un modèle d'affaire social définit aussi l'impact social recherché, pour des organisations à but non-lucratif ou à lucrativité limitée.

 

Le terme modèle d’affaires (business model) est utilisé de différentes manières mais généralement pour décrire les aspects principaux d'une activité économique, incluant buts/missions, offres, infrastructure, organisation interne, pratiques de diffusion ou distribution et, processus et règles de fonctionnement.

Mission

Une ou plusieurs phrases, qui décrivent chacune une des raisons d'être de l'organisation. Premier et important outil de communication, une phrase de mission est généralement composée de trois éléments de base, liés par un verbe: 

  • Pour qui: à quels bénéficiaires, usagers ou clients l'organisation s'adresse ?
  • Quoi: quel service, produit ou prestation l'organisation propose ?
  • Visant: quel impact, quel bénéfice l'organisation cherche-t-elle à provoquer ?
Image riche

 

L’image riche est un des outils proposés par Peter Checkland, dans sa méthodologie SSM (Soft System Methodology), pour analyser qualitativement des situations dans lesquelles il y a une importante composante d’activité sociale, politique et humaine ; c’est le côté « soft » en comparaison à des méthodologies d’analyse plus technique et matérielle « hard ».

L’image riche est un moyen visuel, pictographique, d’acquisition d’autant d’information que possible concernant la situation du problème. Une Image riche peut montrer les frontières, la structure, les flux d’information. Mais en particulier elle montre le système humain d’activité. On la fait généralement sur des flip charts ou des tableaux blancs.

Gouvernance externe

 

La gouvernance externe de l’entreprise est toute entité qui participe indirectement à la conduite de l’entreprise, par le biais de :

  • Directives (publiques) : indiquant les directions et orientations préférentielles à suivre ;
  • Normes (publiques) : indiquant des règles auxquelles l’entreprise doit obéir ;
  • Contrôles (publics et privés) : vérifications auxquelles l’entreprise doit se soumettre ;
  • Pressions (privées) : exercées par différentes collectivités telles que les médias, syndicats, fournisseurs exclusifs, clients uniques…

 

 

Gouvernance d’entreprise ou gouvernance interne

 

La gouvernance d'entreprise a tout d'abord été associée à la responsabilité du conseil d'administration de fixer les grandes orientations de l'entreprise et de constituer un centre décisionnel dynamique et non inféodé à la direction. Aujourd'hui, le concept de « gouvernance » déborde de la réalité des conseils d'administration pour englober toute structure de propriétaires, d'élus ou d'autres représentants d'un groupe qui a pour fonction de chapeauter ou de surveiller des gestionnaires ou une bureaucratie.

Gouvernance

 

En modélisation d’organisations et d’entreprises, on peut distinguer deux types de gouvernance : la gouvernance d’entreprise, implicitement représente celle qui s’exerce à l’interne des frontières de l’entreprise, ceci incluant les conseils d’administration et les actionnaires, et la gouvernance externe, à l’extérieur des frontières de l’entreprise, s’exerçant presque toujours de façon indirecte.

Fonds de roulement

On appelle fonds de roulement la partie des capitaux permanents de l'entreprise (fonds propres et emprunts à moyen ou long terme) qui, ne finançant pas les immobilisations, est disponible pour financer l'exploitation. Le fonds de roulement est calculé, en quelque sorte, pour subvenir aux besoins financiers de fonctionnement de l’entreprise, en fonction du délai entre le déboursement nécessaire à la production (paiement des matières premières, services aux tiers…) et l’encaissement des prestations vendues.

Entreprise sociale

Définition succincte, selon le Mouves (Mouvement des entrepreneurs sociaux):

« Les entreprises sociales sont des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance. »

Définition détaillée, elle répond à un ensemble de critères:

Impératifs:
- Finalité sociale, sociétale ou environnementale ou territoriale inscrite dans l’objet social de l’entreprise et dans le pacte d’actionnaire;
- Création d’emplois ;
- Initiative privée ;
- Recherche d’implication d’une ou plusieurs parties prenantes dans la gouvernance ;
- Rémunération limitée des apports en fonds propres ;
- Excédents majoritairement réinvestis dans le projet ;
- Encadrement de l’échelle des salaires (facteur 3 à facteur 10 en fonction du nombre de salariés).

Recommandés :
- Innovation sociale ;
- Ancrage territorial ;
- Activité marchande significative ;
- Statut d’économie sociale (en France: coopérative, mutuelle, association, fondation) ;
- Appartenance à un réseau de l’économie sociale et solidaire ;
- Intégration des impératifs de développement durable.

Pages